Partagez|

◮ Contexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
messages : 89
arrivé(e) le : 13/12/2013
crédits : Moriarty (avatar).
◮ points : 5
don't fuck with wrath


MessageSujet: ◮ Contexte Sam 18 Avr - 19:11

like a freakshow
SHOW ME A HERO AND I'LL WRITE YOU A TRAGEDY

 
« Lève les mains en l'air. Lentement. »
La voix était ferme, comme les mains qui enserraient la crosse du flingue. Du bout des doigts jusqu'à ses yeux ancrés sur sa victime, l'homme suintait d'assurance, s'approchant lentement de la fille acculée au mur comme une bête blessée. Elle était son antagoniste, claquant des genoux et des dents sous l'afflux de la terreur, les pupilles dilatées sous l'adrénaline roulant dans son sang comme une tempête. Une môme songea le soldat alors qu'un bout de son cœur se déchirait en voyant cet atome d'être humain si tremblant et perdu. Mais s'il y avait des remous sous son crâne, son corps masquait les marasmes de son esprit et il ne cillait pas, visant implacablement le crâne de la gamine.
« Lève les mains. » Répéta-t-il, mais la fille restait pétrifiée, tétanisée par cet homme aux dégaines de mercenaire et par ceux qui le flanquaient, muets mais tout aussi bien armé de pistolets aux poings.
« Laissez-moi tranquille … » Se mit-elle enfin à chouiner, d'une voix couinant de souris. « J'ai rien fait d'mal ! C'est lui qui m'a provoqué ! J'voulais pas l'faire ! » Beugla-t-elle encore, soudainement porteuse d'une assurance conférée par l'adrénaline. Elle s'agitait maintenant, son corps entier se crispant au son du tambour de guerre qu'était devenu son cœur. Elle ne voulait pas mourir. Ni aller en prison. Elle n'avait rien fait.
« Ca va aller, d'accord ? » Murmura le soldat en se rapprochant lentement d'elle, prudent. La lumière jaunasse d'un lampadaire éclaira son torse et le symbole qui s'y placardait, noir sur gris : un marteau et un œil. Le marteau pour le H.A.M.M.E.R, l'oeil pour la milice. La fille en trembla d'autant plus, se pressant tant contre le mur qu'on aurait juré qu'elle voulait se faire engloutir par le mur. Elle était butée, et sourde à toute tentative de la rassurer.
Avec bien des hésitations, le soldat baissa lentement les bras et le canon du pistolet qui se vrillait sur elle. « Il ne va rien t'arriver de mal, d'accord ? Tu ne voulais pas être dangereuse, je sais, mais ... » Tout concentré sur sa palabre, l'homme ne vit pas la lueur bleutée qui émergeait des mains de la mutante ou du moins, pas à temps. Il n'eut pas le temps d'amorcer un geste pour remonter son flingue que la foudre le frappait, crispant ses muscles alors que son corps s'agitait dans l'étreinte électrique. Son cœur se faisait de plus en plus rapide, déchaîné contre sa cage thoracique, battant jusqu'à en crever ou à émerger de ses os. Le tambour emplissait ses oreilles d'une marche de guerre, si violente et prenante qu'il n'entendit pas le coup de feu qui trancha l'air. La foudre cessa de rugir, et il chuta sur ses genoux puis sur le flanc, aucuns de ses muscles n'étant capables de le retenir. Et alors que sa tête heurtait le sol à lui en faire saigner la tempe, ses yeux se fermèrent sur le visage de la mutante en face de lui.
Pâle, sanglant, un trou rouge porté comme un bijou entre les yeux.



L'Homme a toujours prié pour des miracles dans un monde qui échappait à ses sens. Et quand à l'aube du 21ème siècle les prodiges ont commencé à arpenter la terre, ils sont devenus les idoles des foules. Émissions télé, tee-shirt, journaux, tatouages, les héros en costumes ont grimé le visage des villes en s'intégrant dans leurs boyaux jusqu'à devenir des figures immuables et reconnues. Mais l'âge d'or des héros se gorgea bientôt de sang, alors qu'une attaque meurtrière de Hulk, la destruction d'une ville, une guerre secrète menée par Nick Fury et la mort de plus de six cent personnes gangrenaient les titres des journaux. Bientôt, l'opinion publique se méfia de ses héros si adulés et le gouvernement mis en branle le projet du Registration Act. Chaque héros serait contraint d'ôter son masque pour révéler son identité, et de se mettre au service du gouvernement. Mais alors que cette loi était censée apaiser les tensions, elle ne fit que les faire exploser. Les USA basculèrent bientôt dans une guerre civile meurtrière entre les héros, mené par Iron Man d'un côté, et Captain America de l'autre. Ceux qui résistaient étaient enfermés, et ils étaient nombreux à peupler les cellules construites tout spécialement pour eux. La guerre se solda par l'arrestation et l'assassinat de Steve Rogers. Ou tout du moins, la guerre hiberna. Alerté et catastrophé par un pays ruiné à cause d'un affrontement de surhumains, le gouvernement décida de prendre une mesure encore plus drastique : la loi Abolition. Qu'ils rangent les costumes, ou qu'ils crèvent. L'affrontement qui s'ensuivit fut encore plus violent que le précédent, et un mur de balle attendit ceux qui résistaient. Le SHIELD, ramassis de surhumains en uniforme et de secrets, fut dissout. Les contacts avec les royaumes extérieurs, brisés. Les mutants, altérés.
Mais si le gouvernement se mettait à nier la vérité de l'espace autour de la terre et les gênes viciés de sa propre population, ce n'était pas pour autant qu'ils disparurent.
Cent ans après la loi Abolition, il subsiste toujours des mutants, toujours des super-vilains, et toujours des super-héros. Et les gens auront beau se coudre les yeux pour échapper à la vérité, elle gangrène parfois même les plus hautes et les plus intègres sphères.
Une seule règle domine : l'anonymat formel.
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://likeafreakshow.forumactif.org

◮ Contexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
like a freakshow ::  :: archives du shield-