Partagez|

la conjuration primitive.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
messages : 81
arrivé(e) le : 21/05/2015
pseudo : Carcosa.
autres comptes : //
crédits : Odistole.
◮ points : 362


MessageSujet: la conjuration primitive. Ven 22 Mai - 0:08

Salvo Capone
human consciousness is a tragic misstep in evolution.
◮ surnom : no thanks. ◮ âge : trente-neuf ans qu'il erre dans la fatigue de sa propre vie. Il rêve de mort mais ne fait qu'accumuler un peu plus de vie à chaque lever du soleil.  ◮ origines : suffit d'entendre son accent exagéré pour se douter d'où proviennent les racines de ses ancêtres. ◮ emploi : c'est arrivé comme ça, naturellement, sans que personne ne demande rien à personne. Salvo, le parrain des putes, le dieu donneur de faux-espoirs, le bouffeur d'âmes fragiles. Enfant du vices et de la saloperie : digne crasse de la mafia italienne. ◮ statut civil : morceau de chair insensible. Il est incapable d'aimer ou de faire semblant. On sait déjà qu'il terminera seul, c'est une fatalité inscrite dans ses gènes.  ◮ orientation sexuelle : Son frère baise pour deux, c'est ceux que disent les autres alors qu'il soupire sans se défendre. La solitude s'est ancrée en lui comme une escarre depuis, elle le dévore et ne le lâche plus. C'est peut-être mieux comme ça, on peut pas prendre le risque de laisser se reproduire un tel monstre. ◮ lieu de résidence : un appartement miteux du Bronx à quelques rues de celui de son frère. Salvo dit le détester mais ne peut se passer de son indésirable présence. ◮ traits de caractère : asocial, impulsif, silencieux, loyal, incontrôlable, sûr de lui, réservé, blasé, secret, manipulateur, égocentrique, observateur.◮ mutation ou pouvoir : c'est une pure dose d'héroïne à lui seul. La peau de Salvo est l'un des plus beaux paradis de la terre. Ceux qui s'y sont déjà perdus savent le plaisir qu'elle procure, cette adrénaline qu'elle insère dans votre tête et la déconnexion que peut subir votre cerveau. C'est encore mieux qu'un orgasme, pire qu'un shoot d'adrénaline. Indescriptible. Avec le temps, Salvo a su baisser les taux de drogues que son corps peut irradier mais se méfie toujours de son pouvoir. Il suffirait d'une colère trop forte pour réduire à néant les barrières mentales qu'il s'est imposé. Comme toutes drogues, un contact prolongé peut plonger ses victimes en overdose. Cela est arrivé une seule fois, il y a longtemps, avec un toxicomane enragé par le manque (menteur). A petite dose vous ressentirez un manque insupportable et toutes les drogues du monde ne suffiront pas pour l'altérer. Alors, vous sonnerez à la porte de Salvo, vous le traquerez jusqu'à obtenir votre prochaine dose. Le pouvoir qu'il peut avoir sur vous peut-être si puissant qu'il ne prend même plus le risque d'effleurer qui que ce soit sans une couche de vêtements. Pourtant, une part de lui est parfaitement capable de réduire à néant la dépendance qu'il provoque. ◮ avatar : christian bale. ◮ groupe : highway to hell ◮ crédits : eden memories.
   
des filles à ne plus en pouvoir, des cuisses écartées et pourtant, aucune d'entre elle n'est passée dans les draps de Salvo. ◮ il parle jamais, sauf quand on a envie qu'il ferme sa gueule. ◮ ses deux grands yeux sombres vous observent et vous sondent, le monstre ne laisse rien au hasard. Salvo est toujours là, dans l'ombre, le menton levé et le corps tendu. Vous ne l'avez pas vu qu'il vous connaît déjà. ◮ 'la dernière fois' c'est ce qu'il se répétait, au début, en sautant la femme de son propre frère. Maintenant, c'est devenu si naturel qu'il ne se pose plus la question. Tant pis si Bart n'est pas foutu de la satisfaire. ◮ au fond, Salvo se fout de la mafia, de la famille, des histoires merdiques dans lesquelles il traîne depuis toujours. C'est une accoutumance à la folie. ◮ après toutes ces années à overdoser les jeunes filles de sa beauté inexistante, Salvo a développé une personnalité antisociale. Il minimise au maximum les contacts physiques. ◮ Peau malade, pores empoisonnés, pouvoir détestable, l'héroïnomane ne lâche plus ses deux gants de cuir, préservant jalousement ses doigts maléfiques. ◮ Il se souvient parfaitement de la chambre d'hôpital, des cris si perçants qu'ils tentaient de briser les glaces. Il se souvient de tout, comme si c'était hier. Sa douleur et son amertume le prennent encore aux tripes alors qu'il s'imagine une vie de père. Et si cet enfant n'était pas mort à la naissance, serait-il encore avec cette femme ? L'aimerait-il toujours ? L'idée lui traverse le corps comme une balle avant de disparaître brusquement, laissant seulement son sillon de regrets derrière elle. ◮ victime du gouvernement, Salvo est l'un de ces mutants en apparence irréprochable. Les panneaux de contrôle parlent pour lui mais oublient de préciser la frustration accumulée par l'homme à force de vivre dans l'ombre de sa véritable nature. Le plus grand danger n'est pas son pouvoir mais sa colère profonde. ◮ Salvo possède une cicatrice après un essai plus que raté d'ôter cette prison qu'est sa puce.

Que pensez-vous de la loi Abolition ?

Elle finira par disparaître. On ne peut pas accepter une telle gangrène, c'est s'autodétruire, devenir aussi ridicule et léthargique qu'un légume. Personne n'a demandé à être ce qu'il est. J'ai quitté le bide de ma mère avec les gènes d'un homme qu'on massacrerait à coup sûr. Une puce dans le corps, des visites à n'en plus finir, une liberté détruite, une mise à l'écart évidente. Une 'loi', mon cul. C'est juste une façon de ne pas nous annoncer directement dans la prison dans laquelle nous vivons tous. L'évolution humaine, tu parles, nous sommes toujours les mêmes bêtes ignorantes incapables d'accepter la moindre différence. Ces justiciers sont comme des poules : ils caquettent, de la merde jusqu'au cou et les yeux vides, aussi vides que leur cerveau dopé à la connerie.

Quels souvenirs avez-vous des super-héros d'antan ?

De pauvres pédales incapables de vivre autrement que par la gloire et le feu des projecteurs. Je n'ai rien à envier à leur égo surdimensionné. Je crois que mon point de vue n'est pas valable dans l'optique où seul le témoignage de mon père avait de la valeur. Personne n'en parle dans la famille Capone, tout le monde se moque bien de leur sort pour ne pas dire qu'ils s'en réjouissent. Moi, je ne fais que suivre les avis sans essayer de diverger. Je n'ai jamais été un grand rebelle dans l'âme. Et puis, ça m'apporterait quoi de spéculer sur des clowns surhumains ? Ils ne servent plus à rien de toute façon.

 

◮ prénom/pseudo : carcosa. ◮ âge : entre 20 et 21. ◮ comment avez-vous découvert le forum ? : le frère capone. ◮ qu'en pensez-vous ? : je sens qu'on va bien s'entendre. ◮ pv, scénario ou inventé ? : inventé. ◮ un dernier mot ? : j'vous promets pas de laisser bart' en un seul morceau.
 
 

_________________




Dernière édition par Salvo Capone le Sam 23 Mai - 18:17, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 81
arrivé(e) le : 21/05/2015
pseudo : Carcosa.
autres comptes : //
crédits : Odistole.
◮ points : 362


MessageSujet: Re: la conjuration primitive. Ven 22 Mai - 0:09

none of us are saints
I'm a foolish man.



Quand j'étais petit, je voulais devenir flic : avoir une arme et m'en servir pour les bonnes raisons. Je m'imaginais en grand justicier des rues. Parce que quand on vient au monde, on s'imagine pouvoir devenir parfait. L'innocence nous pousse à croire à toutes sortes de contes plus terribles de mensonges les uns que les autres. J'étais un gamin facile, le dernier de la famille. Je faisais pas de vagues et j'oubliais parfois ma propre existence, trop occupé à admirer mon frère pour prendre en compte ce que je pouvais représenter moi aussi. Mon père, ce magnifique salaud, l'être ignoble et détestable par excellence. C'est un peu comme s'il mettait tout en œuvre pour dégoûter les autres. Je trouvais qu'il surjouait lorsque ses poings s'abattaient sur les tas de chair que nous étions. L'avantage c'est qu'il me considérait comme un fantôme alors forcément, toute sa violence s'écrasait contre les autres. Moi, je n'avais qu'à le regarder faire, recroquevillé dans un coin de la pièce. Je me répétais sans cesse qu'une fois flic, ce serait la première personne que je mettrais en cage.
Je sais pas vraiment à quel moment ce désir de devenir un mec bien s'est évaporé. Tout ce que je sais c'est qu'à cet instant j'ai eu l'impression de vivre une nouvelle vie, dans un nouveau monde. Partout où mes yeux se posaient je pouvais y voir de la crasse et de la connerie, c'était à gerber. On m'avait enlevé un voile qui jusqu'ici m'empêchait de voir les choses comme elles étaient réellement. Mon monstre de père s'était seulement adapté dans l'environnement qu'on lui avait offert en quittant son liquide amniotique.
Moi, je m'étais contenté de fermer les yeux sur cette horreur.
Trop naïf pour comprendre la véritable identité de mes rendez-vous à répétition et la réalité sur cette puce insérée dans mon propre corps. Je ne m'appartenais plus. On avait vendu mon âme au diable sans que je ne puisse me défendre.
Ils ne cherchent pas à te rendre meilleur. Ils veulent seulement nous détruire, Sal, arrête un peu tes conneries. Tu deviendras jamais flic, c'est mon père qui me l'a dit.
C'est au son de la voix de Teresa que la vérité s'était jetée sur moi pour m'assassiner. Elle était haute comme trois pommes et venait de fêter ses dix ans alors que j'allais sur mes douze. On était dans la cours de récréation lorsque je lui ai mis mon poing dans le nez. Elle est immédiatement tombée par terre mais je me suis acharné à m'asseoir sur elle pour continuer à la rouer de coups. Je devais certainement ressembler à mon père et durant la bataille, le visage de ma mère s'est parfois dessiné dans ma tête. Tout ce que je ressentais n'était que plaisir et soulagement. Mes doigts baignaient de son sang alors que deux énormes mains m'agrippaient par le bras. Bien sûr que j'ai essayé de me débattre mais ça n'a pas suffit. Viré par l'école, j'ai subit toute une batterie de test pour s'assurer que je n'étais pas un fou furieux complètement dérangé.
Un fou furieux, je ne le suis pas, je ne l'ai jamais été, pas une seule seconde.
Dérangé peut-être. Certaines personnes disent que les fous ne savent pas qu'ils sont fous. Est-ce ma réalité ? Mon existence est-elle un déni complet ?

Une fois mes rêves de réussite envoyés à la poubelle je me suis tourné vers mon frère. J'avais rien d'autre dans les poches. Tout me ramenait à cette défaite qui me brûlait de l'intérieur. Si je me suis approché des putes ce n'était que par dépit. Puis finalement, je me suis dit qu'elles auraient pu tomber sur pire que moi. Un type comme mon frère par exemple. Je dis pas que je suis un saint, loin de là, j'ai juste assez de recul pour ne pas faire n'importe quoi de ce business. Lui aurait été capable de faire d'elles une symphonie d'orgasmes jusqu'à ce que leur propre corps les trahissent et les épuisent. Je le sais pour voir été moi-même victime de son pouvoir durant notre adolescence. Dormir dans la même chambre, quelle connerie. J'aurais pu le tuer pendant son sommeil pour l'empêcher de rêver mais pour je ne sais quelle raison je ne l'ai jamais fait. Fin si, ça m'aurait fait chier de me retrouver seul entre les mains de mon père. Bart était assez grand et imposant pour attirer toute son attention sur lui. C'était mon bouclier vivant, ma barrière de protection contre le monde extérieur. Je n'avais qu'à le suivre dans sa démence. Ce doit être pour ça que je n'ai même pas essayé de fuir cette famille de dingue, au fond, c'est eux qui me faisaient sentir plus ou moins normal. Fallait les voir se pavaner comme des coqs au milieu de la basse-cours. Un véritable spectacle de merde et d'orgueil mal placé. Je venais tout juste d'avoir la vingtaine lorsque je me suis imposé à la tête de  ces filles de joie.

//

Peu après ça, je suis entré dans une spirale de destruction et de violence que je n'ai pas su contrôler. Elle commence par la découverte de mon pouvoir lors d'une de mes multiples visites médicales obligatoires. Bien sûr que j'ai testé mon pouvoir sur les plus faibles et détestables. Je me suis laissé aller aux toxicomanes que l'on trouve dans les poubelles jusqu'à me lasser de leur dépendance. J'ai aussi trouvé une fille. Ça a duré quelques années entre nous. Trois exactement. Je pense pas l'avoir réellement aimé à un moment. Elle m'aidait seulement à gérer mes émotions pour que mon don se fasse assez discret. Durant ces longs mois Maggy n'a jamais eu de terrible comportement de dépendance et c'est certainement ce que j'ai le plus apprécié chez elle. Je pense qu'on aurait pu durer encore longtemps tous les deux si cette dispute n'avait pas eu lieu alors qu'elle approchait des huit mois de grossesse. Un garçon, c'est ce qu'elle possédait en son sein. Un minuscule bout de vie que mon esprit chérissait du plus profond de son âme. J'étais tellement bourré ce soir là que je me souvenais tout juste de mon prénom. Je n'me souviens même pas de la raison de ces cris. Tout ce qui me revient c'est mon horrible main contre son bras. Maggy gémissait et se tortillait sous mon emprise mais je ne la lâchais pas. Enfermé dans ma bulle, c'est à peine si j'ai pu entendre ses supplications. Ma voix résonnait si fort que je me suis calmé uniquement lorsque son corps avait l'allure d'une poupée de chiffon. Une fois au sol j'ai pris une longue inspiration avant de me pencher et m'excuser platement. Je ne pense pas qu'elle m'entendait, sa tête était trop lourde. J'aurais pu, non, j'aurais du la conduire à l'hôpital ce soir là mais je ne l'ai pas fait, effrayé par ma propre personne. J'avais la trouille qu'on m'enferme. Je n'ai pensé qu'à moi. Même pas à Maggy, même pas au bébé. Une semaine plus tard, les contractions tordaient son ventre pour mettre au monde un bébé mort, certainement calciné par la drogue que je lui avais injecté. C'était terminé, je venais de réduire à néant la seule chose qui comptait dans ma misérable vie. Je n'ai plus jamais revu Maggy depuis ce jour là, un peu comme si notre relation n'avait jamais existé et que nos souvenirs s'étaient envolés au dans une vie parallèle où elle pourrait s'autodétruire en paix. J'ai continué dans l'optique de foirer ma vie et de me rendre encore plus minable. Quelques mois après la perte de mon gosse je me suis attaqué à mon frère en insinuant dans ses veines quelques doses de ma drogue. Comme ça, je savais que je ne pourrais pas le perdre, lui, qu'il reviendrait sans cesse comme un clébard affamé. J'avais vraiment besoin de l'avoir à mes côtés durant cette période. Un besoin de puissance mal placé ou une connerie du genre, j'sais pas. J'en ai rien à foutre à vrai dire. Je le trouvais beau lorsqu'il entrait dans mon appartement merdique, lui, le type beaucoup trop bien pour tout ce que j'étais. Une fausse note indéniable entre les quatre murs jaunis de mon chez-moi impersonnel. J'ai déjà pensé à le sevrer de ma personne mais je n'en ai jamais eu les couilles d'arrêter cet acte malsain. Je crois qu'avec le temps, on finit par devenir à son tour accro à l'interdit. (Ce doit être pour ça que je me tape sa femme depuis des mois.)

Enlève-moi cette merde, Anies, j'en ai marre, j'en peux plus. Anies putain, bouge-toi.
Il était aussi défoncé que moi lorsque je lui ai tendu mon vieux cutter à moitié rouillé. Ses doigts tremblaient mais il était aveuglé par toutes les saloperies que je lui avais fait subir par le passé. Anies, c'est le gamin que j'ai trouvé au détour d'une rue et que j'ai été incapable de laisser partir. Son corps ne respire plus que pour ma drogue. Sans elle, il se laisserait dépérir, j'en suis certain, j'ai déjà fait le test quelques fois.
C'est bon je la sens.
Ses phalanges ensanglantées dansaient sous ma peau, je pouvais les sentir alors que la douleur me tiraillait. La démence avait atteint son paroxysme, elle me brouillait la vue, me rendait incapable de réagir correctement. Mon cerveau n'était plus qu'un tas de cendres à la recherche d'une liberté que je ne pourrais jamais toucher du bout des doigts. Deux tarés défoncés jusqu'à la moelle n'auraient jamais pu venir à bout de cette puce, c'était impossible. Je sais très bien que j'ai frôlé la mort avec toutes mes conneries mais je suis certain qu'un jour je parviendrais à enlever cette merde de mon être. Quitte à me détruire, quitte à m'envoyer en l'air, quitte à emporter la terre entière avec moi.

De toute façon j'en suis certain maintenant, je suis prêt à mourir. Je n'ai plus peur de rien, ou seulement de la vie. On est bien loin des rêves de police et de paix dans le monde. Tout n'est que folie et destruction. C'est ce à quoi  nous pousse la société : nous tuer, nous descendre plus bas que terre, nous emporter dans un flot de larmes intarissable.
Je suis l'enfant d'une justice obsolète. La suite logique d'un gouvernement bouffé par l'égoïsme et l'intolérance.
Je suis foutu
 

_________________




Dernière édition par Salvo Capone le Sam 23 Mai - 17:39, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 350
arrivé(e) le : 10/05/2015
pseudo : AMIANTE.
crédits : (c) PATHOS / SWAN / ODISTOLE
◮ points : 128


MessageSujet: Re: la conjuration primitive. Ven 22 Mai - 0:15

Salvo Capone a écrit:
Son frère baise pour deux
dixit le mec qui passe sa journée entouré de putes Rolling Eyes
moi au moins, je suis marié, je contribue à embellir notre belle famille

(pis genre, tu ferai pas de mal à ton grand frère, tu l'aimes trop t'en salis tes draps )

_________________
trafic d'orgasmes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 985
arrivé(e) le : 31/12/2013
pseudo : FAUSHTINE. (Claude)
autres comptes : Un vilain.
crédits : addy. (avatars) ; tumblr (gifs) ; lizzou (signature).
◮ points : 416
you're acting so fearfully


MessageSujet: Re: la conjuration primitive. Ven 22 Mai - 0:21

LES CAPONE NOUS ENVAHISSENT.
...Bienvenue.

_________________
i will keep quiet you won’t even know i’m here;
You won’t suspect a thing, You won’t see me in the mirror But I crept into your heart. You can’t make me disappear. Till I make you. You’ll never know what hit you, Won’t see me closing in. I’m gonna make you suffer. This hell you put me in. i'm the devil within.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 350
arrivé(e) le : 10/05/2015
pseudo : AMIANTE.
crédits : (c) PATHOS / SWAN / ODISTOLE
◮ points : 128


MessageSujet: Re: la conjuration primitive. Ven 22 Mai - 0:33

shawn est frustré parce qu'il veut se faire envahir par un Capone

_________________
trafic d'orgasmes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 261
arrivé(e) le : 02/01/2014
pseudo : orene
crédits : shiya
◮ points : 238
wearing our vintage misery


MessageSujet: Re: la conjuration primitive. Ven 22 Mai - 0:36

barto -> je suis pas sûre que ça soit une bonne idée que tu te reproduises quand même ..
( et on peut pas m'accuser de frustration )

bienvenue

_________________

ain't no rest for the wicked
I'm dirty, mean and mighty unclean i'm a wanted man, public enemy number one so lock up your back door and run for your life, the man is back in town so don't you mess me 'round
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 3057
arrivé(e) le : 08/04/2015
pseudo : nagron.
autres comptes : alekseï mogilevich.
crédits : (c) lannisters (avatar) ; exception (signa) ; tumblr (gifs)
◮ points : 769
chaos lives in everything


MessageSujet: Re: la conjuration primitive. Ven 22 Mai - 0:58


CAPONE EVERYWHERE.
Bienvenue parmi-nouuus parrain des putes. Je t'aime déjà.

_________________

- I've got blood. I've got blood on my name. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: la conjuration primitive. Ven 22 Mai - 1:42

Bienvenue parmi nous !

L'invasion des Capone inquiète Emeth et son traffic... Pfff ! On peut même plus dealer sans que la mafia arrive ! xD

Bon courage pour ta fiche ! o/ (Et on recrute pas Rory pour le commerce ! èé *sort*)
Revenir en haut Aller en bas

avatar
messages : 81
arrivé(e) le : 21/05/2015
pseudo : Carcosa.
autres comptes : //
crédits : Odistole.
◮ points : 362


MessageSujet: Re: la conjuration primitive. Ven 22 Mai - 8:44

maintenant c'est terminé les conneries, avec Bart' on a décidé de repeupler la terre avec nos gènes extraordinaires. le port de la moustache sera obligatoire.

merci messieurs pour cet accueil de qualité.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: la conjuration primitive. Ven 22 Mai - 9:36

Quel métier, mon gars ! Tu dois bien gagner ta vie mon moustachu !
Bienvenue à toi Capone !!!
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: la conjuration primitive. Ven 22 Mai - 13:00

Plein de Capone Et ils sont tous plus badass les uns que les autres
J'me demande s'il faut plaindre les putes sous tes ordres, mais j'imagine que si elles font bien leur boulot, y'a pas à s'inquiéter, naturellement
Bref bref, bienvenue grand ténébreux et bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas

messages : 371
arrivé(e) le : 10/05/2015
pseudo : ODISTOLE
crédits : .
◮ points : 65
HEAR ME, FEAR ME


MessageSujet: Re: la conjuration primitive. Ven 22 Mai - 19:50

Se ferait-on envahir de Capone
Anyway, Bale, excellent choix
Bienvenue, et bon courage pour ta fiche

_________________

DAMAGE CONTROL

Avoir la conscience d'une longue agonie, c'est arracher l'expérience individuelle à son cadre naïf pour en démasquer la nullité et l'insignifiance, s'attaquer aux racines irrationnelles de la vie elle-même. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 428
arrivé(e) le : 08/05/2015
pseudo : .rawr (wendy)
autres comptes : valentino.
crédits : rose red (av.) alaska (sign.)
◮ points : 88
WRONG SIDE OF HEAVEN


MessageSujet: Re: la conjuration primitive. Sam 23 Mai - 12:52

mais c'est quoi c'te famille
bienvenue parmi nous I love you

_________________
UNHOLY
CONFESSIONS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 123
arrivé(e) le : 18/05/2015
pseudo : algophobia_
autres comptes : x
crédits : seashell (avatar).
◮ points : 40
what's wrong with a little chaos ?


MessageSujet: Re: la conjuration primitive. Sam 23 Mai - 14:07

Vous avez tous des pouvoirs chelous hein.
Sinon Bale est parfait et le personnage promet

_________________
I have kissed honey lips, Felt the healing finger tips. It burn like a fire, This burning desire. I have spoke with tongue of angels, I have held the hand of the devil. It was warm in the night, I was cold as a stone. But I still haven't found what I'm looking for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 81
arrivé(e) le : 21/05/2015
pseudo : Carcosa.
autres comptes : //
crédits : Odistole.
◮ points : 362


MessageSujet: Re: la conjuration primitive. Sam 23 Mai - 18:19

merci tout le monde. c'est quoi cest avatars de malade ? j'suis jaloux. les filles si vous voulez vous recycler dans la prostitution, hésitez pas à venir me voir

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 261
arrivé(e) le : 02/01/2014
pseudo : orene
crédits : shiya
◮ points : 238
wearing our vintage misery


MessageSujet: Re: la conjuration primitive. Sam 23 Mai - 18:45

validation



j'ai eu l'image vivace du mec en train de fouiller sous la peau pour choper la puce, c'était assez crade Ta fiche était un régal, t'as le droit de tout casser avec ton frère.


◮ Devine quoi, tu es validé. Sérieusement. Maintenant que cette dure étape qu'est la fiche de la présentation est passée, tu dois t'offrir corps et âme au staff tu peux d'ores et déjà aller recenser ton avatar juste ici.

◮ N'oublie pas non plus d'aller recenser ton métier ainsi que ton pouvoir si tu es un mutant. Ensuite, passe donc faire un tour pour créer ta fiche de lien juste ici ainsi que ta fiche de topic par .

◮ Et pour finir, n'hésite pas à te rendre sur la CB si ce n'est déjà fait. Promis, on ne mord pas (totalement) ! De plus, tout le staff espère que tu te plairas sur le forum. Maintenant file donc rp, flooder, bref : t'amuser.

_________________

ain't no rest for the wicked
I'm dirty, mean and mighty unclean i'm a wanted man, public enemy number one so lock up your back door and run for your life, the man is back in town so don't you mess me 'round
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 81
arrivé(e) le : 21/05/2015
pseudo : Carcosa.
autres comptes : //
crédits : Odistole.
◮ points : 362


MessageSujet: Re: la conjuration primitive. Sam 23 Mai - 19:30

merci à toi, faut pas nous le dire deux fois, on va faire un carnage

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: la conjuration primitive.

Revenir en haut Aller en bas

la conjuration primitive.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» WILLY ○ La peur... Une arme primitive mais efficace.
» Le salon du chocolat à Paris
» PREVAL VA-T-IL PAYER LE PRIX DU SANG?
» kit BC primitiv
» slack abimé lors de la detention!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
like a freakshow ::  :: ARCHIVES DE LAF 1.0 :: fiches de présentation-