Partagez|

Benny Kokua - Are we having fun yet ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
messages : 47
arrivé(e) le : 08/05/2015
pseudo : PapyRay
crédits : Tumblr
◮ points : 75


MessageSujet: Benny Kokua - Are we having fun yet ? Ven 8 Mai - 23:51

Benjamin Kokua
I like nonsense, it wakes up the brain cells.
◮ surnom : Benny ◮ âge : 33 ans. ◮ origines : Américain / Hawaïen ◮ emploi : mercenaire / cambrioleur / pickpocket. ◮ statut civil : célibataire. ◮ orientation sexuelle : Pansexuel. ◮ lieu de résidence : New York, un peu partout. ◮ traits de caractère : Jovial, spontané, imprévisible, énergique, tactile, soupe au lait, affectueux, espiègle, cynique, courageux, émotif, un peu dérangé.◮ mutation : Intangibilité. Il peut passer à travers toute matière et peut partager sa capacité avec des objets et des personnes via le toucher. Il ne connait pas encore toutes les subtilités de son pouvoir.◮ avatar : Michael Mando. ◮ groupe : Highway To Hell ◮ crédits : Tumblr.
   
Benny est persuadé d'être quelqu'un de bien même si ses actions ne l'illustre pas toujours. ◮ Il vit au jour le jour et n'a aucune vision sur le long terme. Ses actions n'ont presque jamais d'arrière pensées. ◮ Depuis qu'il a prit connaissance de ses pouvoirs, il fait sa "Boucle d'Or" et s'invite chez ceux qui sont absents pour profiter de leurs biens et de leur confort. Il ne prend que ce dont il a besoin car il sait qu'il peut se servir chez n'importe qui à tout moment. ◮ Il laisse généralement un "cadeau" aux propriétaires des lieux. Ça peut être une bouteille de champagne, une peluche, des fleurs, un petit origami, un lapin... ◮ Il lui est arrivé à plusieurs reprises de sortir quelqu'un de prison en utilisant ses pouvoirs. Parce qu'il les aimait bien et trouvait que leur place n'était pas en prison. Certains ont aussi fait appel à lui pour se débarrasser des puces GPS.◮ Très curieux et créatif de nature, il a de nombreux talents cachés comme savoir faire de très bon petits plats, jouer de la guitare, chanter et faire du tricot. ◮ Il lui arrive souvent de pleurer devant des comédies romantiques ou des documentaires animaliers.  ◮ Benny est très tactile et affectueux. Bisoux, calins et claquage de fesses sont monnaies courantes chez lui.  ◮ Bon vivant et spontané, il a du mal à résister à ses désirs qui sont souvent très simples. Il aime les animaux, les sucreries, les fontaines, les parc d'attractions, le beau temps, la plage... ◮ Vous connaissez la blague du "tope là" ? Celle où on retire la main au dernier moment. Benny lui ne retire pas sa main mais laisse les gens passer au travers. Il l'adore. Il peut la faire plus de cinq fois par jour sans s'en lasser.

Que pensez-vous de la loi Abolition ?

Jusqu'à très récemment, Benny se fichait pas mal de cette loi. Il n'avait jamais eu énormément de considération pour les lois. Avant qu'il se découvre des pouvoirs 5 ans plus tôt, cela ne le concernait même pas. Aujourd'hui il sait juste qu'il a plus de gens à ses trousses mais il ne s'inquiète pas. Après tout, il peut passer à travers les murs.

Quels souvenirs avez-vous des super-héros d'antan ?

Pas grand chose. Des images, des émotions, des rêves.  Il aimait bien les super-héros et leurs costumes colorés. L'époque où des inconnus faisant le bien étaient adulés était une époque où il aurait aimé vivre. Mais cela parait si lointain et si différent d'aujourd'hui que ça n'a même plus l'air réel. C'est une jolie page dans les livres d'histoire qu'on a malheureusement tourné.

 

◮ prénom/pseudo : PapyRay ◮ âge : 22 ◮ comment avez-vous découvert le forum ? : Bazzart ◮ qu'en pensez-vous ? : love ◮ pv, scénario ou inventé ? : inventé ◮ un dernier mot ? : nope
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 47
arrivé(e) le : 08/05/2015
pseudo : PapyRay
crédits : Tumblr
◮ points : 75


MessageSujet: Re: Benny Kokua - Are we having fun yet ? Ven 8 Mai - 23:52

raconte-moi une histoire
I never think of the future. It comes soon enough.



Benny a grandit dans le Bronx. Il ne faut généralement pas en savoir plus pour avoir une bonne première impression d’à quoi ressemble une enfance dans ce coin là. Élevé par une mère célibataire, il est le deuxième d’une fratrie de quatre enfants. Son père ayant abandonné le navire avant sa naissance et la plus grande de la portée étant une fille, il est néanmoins rapidement considéré comme l’homme de la famille.
Jovial, enthousiaste et courageux, Benny était un gamin assez joyeux et énergique. Protecteur, il n’avait pas peur de se salir les mains pour remettre à leur place ceux qui embêtaient son petit frère et ses sœurs. La violence, il y avait été initié très jeune sans pourtant y trouver du plaisir. Restant quelqu’un d’assez simple et humble, il préférait s’adonner à des distractions plus saines que la bagarre. Aider sa mère à faire la cuisine, son frère à faire du vélo, sa sœur à danser…
Bien que cette mentalité et le rôle d’homme de la famille aurait dû le guider vers un chemin sérieux, solide et responsable, la pression le poussa à s’égarer très tôt. Bien trop turbulent et distrait pour être bon à l’école, il arrêta rapidement d’y perdre son temps et se mit à traîner avec les autres jeunes du quartier, puis doucement avec les mauvaises personnes.

L'appât du gain le persuada que c’était là la bonne décision à prendre. En jouant les pick-pockets et les petits dealers, il gagnait enfin de l’argent et pouvait soutenir sa famille financièrement. Bien incapable de voir au long terme, il était ravi de simplement pouvoir offrir des cadeaux à ceux qu’il aimait. Mais la vie dans la rue n’était pas aussi simple.
Sa mère était bien trop occupée et accablée par les responsabilités pour vraiment s’inquiéter du chemin que prenait Benjamin et Benjamin lui-même n’avait pas un compas moral très bien réglé. Ainsi commença la lente dégringolade qui, pour Benny, ressemblait plutôt à une escalade prometteuse. De pick-pocket et délit mineurs à cambriolage, hi-jack et braquage à main armée, il n’y avait que quelques années.
Après avoir abandonné le milieu de la drogue, Benjamin s’entoura rapidement d’une bande de camarades cambrioleurs. Collègues mais aussi amis, ils vivaient dans leur propre monde où leurs actes n’avaient pas de conséquence. Où la police et la justice n’était qu’un partenaire dans un jeu de chat et de souris. Richesse, jeunesse, liberté et beaucoup de fun. Une belle période pour Benny.
Mais au fil du temps et des jobs, les quelques limites qui demeuraient encore dans l’esprit de la bande s'effacèrent et les garçons s’égarèrent. Jusqu’à ce qu’un jour, finalement, ils ne puissent plus retourner en arrière.

Un braquage de banque. Ce n’était ni le premier, ni le dernier. Du moins dans l’esprit de Benny et compagnie. Tout était réglé comme du papier à musique. Arriver, entrer, se placer, dégainer, maîtriser, dévaliser et filer. Mais quelque chose dérapa ce jour là. Un peu trop distrait, un peu trop pressé, d’un des membres de la bande ne fit pas assez attention et un des gardes eu le temps de dégainer son arme et tirer. La balle ne fit qu'effleurer le bras d’un des cambrioleurs et l’agent de sécurité ne sembla pas s’en satisfaire. Shotgun à la main, Benny tira et l’abattu.
C’était la première fois que Benjamin tuait un homme mais comme si cela ne suffisait pas, un gamin sortit de derrière un bureau pour se précipiter sur le cadavre.

“ Papa !” cria le gamin en pleurs.

Benny ne se souvint pas très clairement de la suite des événements. Il se souvint de la panique de ses camarades, de leurs efforts pour le faire bouger, des sirènes de polices, des menottes. Beaucoup de choses suivirent ensuite. Tel endroit, telle personne, telles questions, mais tout était flou et Benjamin fit seulement de son mieux pour garder la tête au dessus de l’eau durant la tempête. Tout se calma enfin lorsqu’on le jeta dans une cellule de prison, pour 20 ans.

Accepter sa sentence ne fut pas le plus dur. Le plus difficile fut de faire face à sa famille au parloir. S’excuser face à sa grande sœur, expliquer à son petit frère qu’il ne doit pas prendre le même chemin et rassurer sa petite sœur. Sa mère n’eut pas le temps ni la volonté de passer le voir et c’était peut-être mieux ainsi.
La prison n’était pas une partie de plaisir mais Benjamin ne chercha pas vraiment à s’en sortir. Il avait tué un homme. Bien que voler et menacer était pour lui un moindre mal, ôter la vie d’un homme et tuer le père d’un petit garçon était un acte qui méritait punition. Il se fit à la routine du pénitencier et après quelques mois et quelques bagarres, il trouva sa place et se fit même quelques amis chez les détenus comme chez les gardes. Être joyeux et de bonne humeur avait tendance à attirer beaucoup de personnes, surtout dans un lieu comme celui-ci.
Mais malgré cela, la routine et l’ennui le tuait chaque jour un peu plus. Un an passa et chaque jour était identique au précédent ainsi qu’au suivant. Tout les jours lever, tout les jours doucher, tout les jours marcher, tout les jours manger, tout les jours attendre, tout les jours coucher. Un an. Deux ans.
Benny commença à perdre sa bonne humeur petit à petit et déclencher des bagarres pour le simple plaisir d’avoir un peu d’action et de distraction. Finir en cellule d’isolation lui permettait aussi de changer un peu de décor. Mais sa routine destructrice se retourna rapidement contre lui lorsqu’on décida finalement de le laisser croupir en solitaire pour que la mode des bagarres impromptues ne prennent pas chez le reste des prisonniers. Il ne lui fallu pas plus d’une semaine tout seul pour vraiment perdre son sourire et son sang froid. Mais se mettre à crier et cogner les murs ne fit qu’allonger son séjour en isolation.
Le choc, le déni, la colère, la tristesse, la résignation. Il ne passa pas au sixième stage du deuil de sa liberté qu’il commençait déjà à entamer celui de sa santé mentale. Seul, abattu, désespéré, il songea doucement à terminer cette existence qui n’avait plus de sens ni de saveur. Il arrêta de se nourrir et allongé sur le sol de sa cellule, il fermait les yeux chaque jour dans l’espoir de se trouver dans autre endroit lorsqu’il les rouvriraient. Une nuit, il fit le rêve qu’il passait à travers le sol de sa cellule et s’évadait.

Mais ne n’était pas un rêve. Il ne le comprit pas tout de suite lorsqu’il se réveilla dans un autre étage que celui où il était enfermé. Il cru qu’on l’avait déplace dans son sommeil mais la réaction des gardes le convint rapidement que ce n’était pas le cas. On le ramena à sa cellule et les gardes préférèrent passer cet événement mystérieux sous silence de peur qu’on les accuses de faillir à la sécurité. Benjamin mit plusieurs mois à réaliser que quelque chose clochait. S’il ne passait pas à travers le sol c’est à travers le matelas de son lit qu’il semblait passer pendant la nuit. Plusieurs fois, il s’était réveillé avec la forte sensation de tomber et le choc violent du sol contre son dos. C’est lorsque, très réveillé, il vit son propre bras passer au travers de la porte qu’il fini par comprendre. Il pouvait passer à travers les objets.
Benny ne su jamais si l’analyse de sang fait sur tout les nouveaux nés pour recenser les mutations avaient fait un faux négatif ou si sa mère n’avait pas fait le test car accouchant dans une clinique obscure. Il ne su pas non plus pourquoi c’était aujourd’hui, alors qu’il avait déjà 28 ans et qu’il avait passé la majeure partie de sa vie à s’emmerder à crocheter des serrures qu’il se rendait compte d’un tel pouvoir. En fait, il s’en foutait complètement de savoir le pourquoi du comment. Il pouvait passer à travers les murs. Et il était libre.

S’en suivit une douce escapade euphorique. Un cambrioleur qui passe à travers les murs. On pouvait vraiment dire que la nature faisait bien les choses. Enfin libre après deux ans d’emprisonnement, Benny ne pu attendre un jour avant de commettre son premier casse. Vandalisant un magasin de luxe pour en sortir habillé comme un grand ponte de la mafia, se faire un bain de billet dans une des plus grandes banques de New York, piquer un somme dans le lit de Bruce Willis. Il n’était pas difficile de comprendre que Benny avait laissé une partie de son cerveau dans la cellule qu’il avait déserté. Il était libre et inarrêtable.
Sa folle envolée aurait pu continuer bien longtemps si personne ne lui avait remit les pieds sur Terre. Il n’avait pas songé à retrouver ses camarades de méfaits, ni même à prévenir sa famille de son évasion. C’est alors que son estomac lui réclama de la glace en plein milieu de la nuit que Benny pénétra dans une maison dont les occupants étaient endormis. Pendant qu’il fouillait discrètement dans le frigo, une petite voix le sortie de sa rêverie.

“ C’est toi le papa Noël ? “

Un petit garçon en pyjama une nuit de Noël dans une maison qui n’était pas la sienne. Voilà qui lui remit les idées en place mieux qu’une baffe de la part de sa mère. Noël. Benjamin n’avait même pas remarqué. Il partagea un peu de glace avec l’enfant et attendit le papa Noël avec lui jusqu’à ce qu’il finisse par s’endormir. Il déposa l’enfant dans son lit et partit. Il rentra chez lui.
Il déposa au pied du lit des membres de sa famille des cadeaux qu’il avait attrapé sur la route. Un collier pour sa mère, un million de dollars en petites coupures pour sa grande sœur, un casque Beats by Dre pour son petit frère et un lapin nain pour sa petite sœur. Sur la table de la salle à manger, il laissa un petit message disant “Pardonnez-moi.” et partit.
Benjamin se disait alors qu’il allait arrêter de voler les gens, que s’il ne voulait pas retourner en prison, il lui fallait devenir quelqu’un de bien. Bien sûr, sa première résolution ne tint pas très longtemps. Obligé de se trouver un logis, il finit par repérer des maisons dont les occupants étaient absents grâce aux divers signes qu’il avait apprit dans sa carrière de cambrioleur. Il s’y installait comme si cela avait été sa maison sans pourtant tout dévaliser. Ne prenant que ce dont il avait besoin pour vivre, il laissait parfois même des cadeaux aux propriétaires. Il bravait la loi, mais pour lui, il ne faisait rien de mal.
Sur le chemin de la repentance, Benjamin eu le loisir de se questionner un peu plus sur ses pouvoirs. Il connaissait l'existence des mutants et des lois les concernant, mais jusqu’ici ça ne l’avait jamais concerné. Il n’y connaissait rien et avait même du mal à se considéré comme l’un d’entre eux. Ce qu’il aimait à penser cependant, était que ses pouvoirs lui avaient été donnés pour une raison. Cela lui avait permit de s’évader, mais pas pour commettre plus de casse ou d’erreurs. Il fallait qu’il fasse le bien autour de lui.
Il ne su pas trop quoi faire d’abord. Il libéra d’abord tous les animaux enfermés dans une fourrière. Il songea ensuite a faire son Robin des Bois et dévaliser une banque pour distribuer l’argent aux pauvres. Mais c’était retomber dans ses anciens travers et il n’était jamais sûr de quel argent était dans les banques. Ça aurait été stupide de voler les pauvres pour donner aux pauvres. Il continua alors de errer en faisant de petites “bonnes” (selon lui toujours) actions sans vraiment trouver sa voie.

A force d’utiliser son pouvoir sans grande retenue, Benjamin eu bien de la chance de ne pas se faire embarquer par le H.A.M.M.E.R. dont il ne connaissait que vaguement l’existence. Un camarade mutant le prévint des dangers auxquels il s’exposait en agissant ainsi. Il lui parla des règles, de la puce, du H.A.M.M.E.R., de la prison Alpha. Bien sûr Benny ne l’écouta que d’une oreille. Il fallait faire attention, d’accord. Mais sa curiosité fut plutôt titillée par la découverte de ce nouveau monde auquel il appartenait dorénavant. Social et ouvert, le cambrioleur ne tarda pas à se faire des amis dans le milieu. Le fait de pouvoir enlever les puces GPS était aussi un atout majeur pour se faire des alliés.
Toujours trop curieux et téméraire, Benny alla même jusqu’à rendre visite à des détenus de la prison Alpha. Son passé le poussait à empatir avec les détenus complètement isolés du reste du monde. Passant d’abord pour faire la conversation sans jamais se faire prendre, il fini par faire évader quelques camarades mutants. Jusqu’ici, personne ne sait comment ceux-ci s’y sont prit mais les pouvoirs et actions de Benjamin Kokua font déjà leur chemin dans les bouches de mutants. Benny lui continue de vivre sa vie sans s’inquiéter, en aidant ceux qu’il veut aider. Persuadé de faire le bien, il ne se rend pas compte qu’il joue à un jeu très dangereux.
 


Dernière édition par Benjamin Kokua le Dim 10 Mai - 23:08, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Benny Kokua - Are we having fun yet ? Sam 9 Mai - 0:09

Bienvenue sur le fofo monsieur !
Bonne chance pour ta fiche \o/
Revenir en haut Aller en bas

avatar
messages : 985
arrivé(e) le : 31/12/2013
pseudo : FAUSHTINE. (Claude)
autres comptes : Un vilain.
crédits : addy. (avatars) ; tumblr (gifs) ; lizzou (signature).
◮ points : 416
you're acting so fearfully


MessageSujet: Re: Benny Kokua - Are we having fun yet ? Sam 9 Mai - 0:15

Bienvenue officiellement.
Bon courage pour finir ta fiche (ton personnage promet en tout cas ) et si tu as encore des questions, nous sommes là.

_________________
i will keep quiet you won’t even know i’m here;
You won’t suspect a thing, You won’t see me in the mirror But I crept into your heart. You can’t make me disappear. Till I make you. You’ll never know what hit you, Won’t see me closing in. I’m gonna make you suffer. This hell you put me in. i'm the devil within.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 3057
arrivé(e) le : 08/04/2015
pseudo : nagron.
autres comptes : alekseï mogilevich.
crédits : (c) lannisters (avatar) ; exception (signa) ; tumblr (gifs)
◮ points : 769
chaos lives in everything


MessageSujet: Re: Benny Kokua - Are we having fun yet ? Sam 9 Mai - 0:41


J'aime déjà ton personnage. Et puis cet avatar juste génial !
Bienvenue parmi-nous et bonne chance pour ta fiche.

_________________

- I've got blood. I've got blood on my name. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Benny Kokua - Are we having fun yet ? Sam 9 Mai - 1:39

bienvenuuuuue I love you
Super choix d'avatar là ! jolem trop dans Orphan Black !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Benny Kokua - Are we having fun yet ? Sam 9 Mai - 9:54

Mandoooooooooooo

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas

avatar
messages : 261
arrivé(e) le : 02/01/2014
pseudo : orene
crédits : shiya
◮ points : 238
wearing our vintage misery


MessageSujet: Re: Benny Kokua - Are we having fun yet ? Sam 9 Mai - 12:29

Bienvenue copeiiin
J'ai failli dire que ton avatar était de Fallout tiens. Arrow

_________________

ain't no rest for the wicked
I'm dirty, mean and mighty unclean i'm a wanted man, public enemy number one so lock up your back door and run for your life, the man is back in town so don't you mess me 'round
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Benny Kokua - Are we having fun yet ? Sam 9 Mai - 16:12

Oh oui, il est trop bien dans Orphan Black! (Je l'ai déjà vu en vrai )
Bienvenue et bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas

avatar
messages : 2532
arrivé(e) le : 08/05/2015
◮ points : 400
≈ people, screaming for mercy


MessageSujet: Re: Benny Kokua - Are we having fun yet ? Sam 9 Mai - 19:17

Je l'ai certainement dit hier soir sur la chatbox, mais le redire ne fait pas de mal
Bienvenue et bon courage pour ta fiche ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 47
arrivé(e) le : 08/05/2015
pseudo : PapyRay
crédits : Tumblr
◮ points : 75


MessageSujet: Re: Benny Kokua - Are we having fun yet ? Dim 10 Mai - 11:22

Merci à tous pour cet accueil chaleureux.

Je connais l'acteur de Far Cry, il faut encore que je m'attaque à Orphan Black !
Je me lance sur l'histoire, en espérant que ça continue à vous plaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 3057
arrivé(e) le : 08/04/2015
pseudo : nagron.
autres comptes : alekseï mogilevich.
crédits : (c) lannisters (avatar) ; exception (signa) ; tumblr (gifs)
◮ points : 769
chaos lives in everything


MessageSujet: Re: Benny Kokua - Are we having fun yet ? Dim 10 Mai - 23:33

validation



Ton personnage est juste génial. Et attachant aussi. Attention à ses fesses s'il continue comme ça (Jon s'occupera personnellement de son cas)(oui oui). Amuse-toi bien sur le forum.  


◮ Devine quoi, tu es validé. Sérieusement. Maintenant que cette dure étape qu'est la fiche de la présentation est passée, tu dois t'offrir corps et âme au staff tu peux d'ores et déjà aller recenser ton avatar juste ici.

◮ N'oublie pas non plus d'aller recenser ton métier ainsi que ton pouvoir si tu es un mutant. Ensuite, passe donc faire un tour pour créer ta fiche de lien juste ici ainsi que ta fiche de topic par .

◮ Et pour finir, n'hésite pas à te rendre sur la CB si ce n'est déjà fait. Promis, on ne mord pas (totalement) ! De plus, tout le staff espère que tu te plairas sur le forum. Maintenant file donc rp, flooder, bref : t'amuser.
 

_________________

- I've got blood. I've got blood on my name. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 47
arrivé(e) le : 08/05/2015
pseudo : PapyRay
crédits : Tumblr
◮ points : 75


MessageSujet: Re: Benny Kokua - Are we having fun yet ? Lun 11 Mai - 0:07



   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Benny Kokua - Are we having fun yet ?

Revenir en haut Aller en bas

Benny Kokua - Are we having fun yet ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les dispos à Tampa
» Habs Trading Block
» Marian Hossa
» TOUT sa doit partir !!!!!
» BENNY J.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
like a freakshow ::  :: ARCHIVES DE LAF 1.0 :: fiches de présentation-